Indispensable

article | Tiempo de lectura2 min

Une prison qui fait froid dans le dos

Combles du château, vue sur les cellules

Pénétrez dans le passé sombre du château ducal de Cadillac...

La première prison pour femmes de France

Plongez du côté obscur du passé du château en découvrant la première prison pour femmes de France au XIXeme : l’exact contraire du brillant château d’origine, en un seul et même lieu. La Centrale de force et de correction atteint des taux de mortalité effrayants et détient près de 10 000 femmes sur l’ensemble du siècle. Un silence et des règles implacables s’imposent au « château-prison » où prévaut une discipline de fer.

En 1865, près de 500 détenues, dont les motifs de condamnation vont du larcin au crime de sang, sont entassées aux étages dans 14 dortoirs. Ils prennent place dans les vastes pièces de l’ancien palais ducal. Au tournant du XXème, la Maison centrale de force et de correction ferme pour devenir une « Ecole de préservation de jeunes filles » - autrement dit un bagne d’enfants…

Des cellules, ou cages à poules, apparaissent alors ! Les « mauvaises filles », souvent victimes de la toute-puissance masculine et paternelle, endurent des conditions d’existence redoutables. Après-guerre, en 1952, suite au suicide de deux pupilles, la longue parenthèse pénitentiaire du « château-prison » s’achève enfin. Il était plus que temps…

Château des ducs d'Épernon, combles nord et cellules de prisonnières
Château des ducs d'Épernon, combles nord et cellules de prisonnières

© Éric Sander - Centre des monuments nationaux

Le château-prison

eso también está por descubrir